Comment Rédiger un Article de Vulgarisation Scientifique de Qualité ?

Comment Rédiger un Article de Vulgarisation Scientifique de Qualité ?

Le guide pour rédiger un article de vulgarisation scientifique facile et agréable à lire

« La simplicité est la sophistication suprême. », Léonard de Vinci, scientifique, ingénieur, peintre, sculpteur, philosophe… (1452-1519)

La rédaction d’un article de vulgarisation scientifique peut ressembler à un véritable parcours du combattant. Les termes propres aux domaines techniques et scientifiques sont souvent compliqués à appréhender et le rédacteur web se doit de les rendre plus faciles à comprendre en utilisant des termes simples et appropriés. Il doit intervenir en écrivant un article facile à lire et accessible au plus grand nombre. Son texte doit rester fluide, attractif et vivant. En suivant les quelques conseils qui suivent, vous devriez y voir plus clair pour rédiger un excellent article scientifique et suscitez sans aucun doute l’envie de le lire.

Définir l’idée principale de votre article de vulgarisation scientifique

Rien de tel qu'un morceau de papier pour se poser les bonnes questions et y répondre dans la foulée
Ayez toujours un carnet et un stylo à proximité pour noter vos idées et définir votre plan

Avant d’aller plus loin dans cet article, il est indispensable de distinguer la publication scientifique de l’article de vulgarisation. Une publication scientifique est un travail académique basée sur une recherche de plusieurs mois, voire de plusieurs années dans le cadre d’un doctorat le plus souvent.

Avant de vous lancer dans l’écriture de votre article de vulgarisation, vous devez absolument en définir l’idée principale et le message que vous souhaitez faire passer à vos futurs lecteurs.

Le plus facile consiste à prendre une bonne vieille feuille de papier, un stylo, et de répondre de manière concise et précise aux quelques questions suivantes :

  • Qui est la personne (scientifique, médecin, ingénieur…) ou quelle est l’entreprise (société, institut universitaire…) mise en avant dans votre article ?
  • Quel est le sujet traité ?
  • Quand et où se passe cette recherche ?
  • Comment s’est déroulée cette découverte ?
  • Pourquoi cette recherche a-t-elle été menée ?

Grâce aux réponses à ces simples questions, vous aurez plus de facilité pour définir précisément la direction que doit prendre votre article et il sera plus facile d’établir votre plan.

N’oubliez pas que c’est avant tout un article qui va être publié sur Internet. Son message principal doit être divulgué dès les premières lignes voire même dans le titre.

Veillez aussi à respecter la sacro-sainte règle de la pyramide inversée en allant toujours du plus général puis en détaillant par la suite.

Votre article scientifique doit tenir compte de votre public cible

Il faut déterminer avec précision son public cible
Il est important de savoir à qui s’adresse votre article

Il est important que vous sachiez exactement à qui est destiné votre article. Vous n’allez pas rédiger un texte de vulgarisation scientifique sur les virus destiné à des enfants de 9 ans de la même manière que s’il était destiné à des adultes.

Si vous devez tenir compte de l’âge de votre lectorat, vous devez également vous préoccuper de son niveau de culture scientifique et de culture générale : l’article sur les trous noirs que vous devez écrire pour un club d’astronomie ne sera pas le même s’il est destiné à des novices qui ne connaissent pas le domaine.

Le ton avec lequel vous vous adressez à vos lecteurs a également toute son importance : vous n’écrirez pas de la même manière pour un site spécialisé ou pour un site d’information généraliste. Le site spécialisé attire des lecteurs qui connaissent le sujet, le site d’information est destiné à un public plus varié.

Votre texte scientifique doit être facile et agréable à lire

Votre article scientifique doit avant tout être agréable à lire et ne pas lasser le lecteur dès les premières phrases. Pour cela, il est important de suivre quelques règles simples qui permettent de rendre la lecture plus fluide et qui donnent du rythme à votre texte.

Fluidité du texte

Pour rendre votre écriture plus facile à lire et plus naturelle, n’hésitez pas à suivre les quelques règles suivantes :

  • Bannissez les phrases trop longues qui alourdissent le texte. Des phrases de 10 à 15 mots sont bien suffisantes ;
  • Il est important de respecter l’idée suivante : une et une seule idée par phrase ;
  • Vous ne devez pas rédiger des paragraphes trop longs. Leur longueur ne doit pas être plus grande que 80 mots ;
  • Si vous employez des synonymes, soyez attentifs à ce qu’ils ne soient pas source de confusions ;
  • Et peut-être le plus essentiel : vous devez absolument utiliser des mots précis, à sens unique, et les plus simples possible. Si le sujet de votre article vous oblige à utiliser des termes complexes, vous devez absolument les définir directement dans le texte ou dans un lexique.

Quelques exemples :

  • Préférez le terme « beaucoup » à « abondamment » ;
  • Évitez l’emploi du mot « rare » qui peut avoir plusieurs significations : il peut signifier « peu fourni », « de grande valeur », mais aussi « inhabituel » et « remarquable ». Préférez alors l’usage de l’une de ces expressions.

Rythme de l’article

Rien n’est pire que de lire un texte qui manque d’enthousiasme et qui est monotone. Heureusement, il y a tout à fait moyen d’éviter l’ennui du lecteur grâce à quelques techniques simples :

  • Utilisez le moins possible les verbes « être » et « avoir » et préférez des verbes plus précis ;
  • En rédaction web, qu’elle soit scientifique ou non, il faut éviter les phrases trop longues. Néanmoins, rien ne vous empêche, pour donner du mouvement à votre texte, d’alterner des phrases courtes avec quelques phrases plus longues ;
  • N’hésitez pas à vous adresser directement à votre lecteur en lui faisant ressentir des émotions par exemple ;
  • Quand vous en avez la possibilité, introduisez votre article par une citation ;
  • N’ayez pas peur d’abuser d’exemples, surtout pour un article scientifique ou lors du développement d’un principe ou d’un phénomène. Rien de tel que du concret pour attirer le lecteur.

Votre article doit donner envie d’être lu

Le SEO, aussi pour des textes scientifiques
Comme pour tous les articles publiés sur le web, votre article scientifique doit répondre aux règles de base du SEO

Lorsqu’un internaute découvre votre article, il ne va peut-être pas commencer la lecture par le début du texte. Cela vous étonne peut-être, mais gardez en tête que l’internaute est pressé et qu’il doit rapidement trouver ce qu’il cherche. C’est pourquoi il va généralement dans un premier temps « balayer » du regard votre article. Il est dès lors important de lui fournir des points d’accroche pour capter son attention.

Ces points d’accroches sont :

  • Le titre de votre article (contenant la balise HTML H1) ;
  • Son chapeau qui doit reprendre le message essentiel de l’article et qui doit éveiller la curiosité ;
  • Les intertitres (balises H2 et H3 ou plus si nécessaire) qui sont censés apporter les idées principales du texte ;
  • Les illustrations et leur légende.

Le titre de votre article

Le titre de votre article scientifique est certainement le premier élément que votre lectorat va regarder. Il doit reprendre l’idée principale de votre texte en une phrase. C’est à lui que revient le premier rôle d’accrocher l’internaute. Chouchoutez-le avec beaucoup d’attention !

Le chapeau

Il se situe tout de suite après le titre de l’article ou juste après la citation s’il y en a une. Le rôle du chapeau, que certains appellent aussi introduction, est de résumer en quelques lignes le contenu de votre article ou du moins d’en donner un bon aperçu.

Vous pouvez par exemple rédiger un chapeau informatif qui présente un résumé de votre texte. Il s’agit alors d’une sorte de synopsis.

Un autre type de chapeau pour mettre le lecteur en appétit est le chapeau incitatif. On pourrait le comparer à la bande-annonce d’un film.

Les images et les illustrations

Dans un article scientifique, les photos et images sont importantes, mais l’ajout d’un schéma explicatif, d’un tableau de résultats ou d’un graphique peut non seulement attirer le lecteur, mais permet également de comprendre plus facilement certains principes.

Veillez à toujours accompagner votre image et votre illustration d’une légende explicative, concise et claire.

Lorsque vous insérez des photos et des images, vous devez être vigilant et n’utiliser que des images libres de droits ou bien avoir reçu l’autorisation de son propriétaire.

La mise en page et le balisage

La mise en page de votre article scientifique est primordiale non seulement pour aérer votre texte, mais aussi pour le mettre en valeur et pour qu’il corresponde aux exigences de Google.

Pour une mise en pages parfaite, votre article doit contenir :

  • Une balise H1 : c’est le titre de votre article qui doit contenir votre requête principale ;
  • Un chapeau qui doit aussi contenir le mot clé ;
  • Des balises H2 qui correspondent aux sous-titres et qui intègrent le mot clé, mais aussi des requêtes secondaires ;
  • Une conclusion avec un appel à l’action.

Vous pouvez également ajouter des listes à puces dans votre texte. Non seulement elles permettent d’aérer l’article, mais elles servent aussi à lister des faits, à proposer des solutions et à montrer des exemples.

Pour que votre article soit parfait, mettez les termes importants en gras sans trop en abuser et compléter par des liens internes et des liens externes.

Conclusion

Finalement, ces quelques règles de rédaction sont valables pour un article de vulgarisation scientifique, mais aussi pour n’importe quel autre type de rédaction. En appliquant ces conseils, vous écrirez un texte qui a du sens, agréable à lire et adapté à vos lecteurs. Si vous souhaitez en savoir plus sur la rédaction web scientifique, je vous invite à lire cet excellent article de l’Université de Paris qui traite du sujet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.